Effets positifs de la chirurgie plastique ?!

Classé dans : Non classé | 0

Le sujet de la chirurgie plastique et esthétique est souvent une controverse. Beaucoup de gens croient que les patients qui subissent une chirurgie plastique du visage ou du corps, mettent leur santé en danger et s’exposent au risque de souffrir, tout cela au nom de la beauté.

La réalité est que, bien qu’il existe divers risques ainsi que des effets secondaires après une intervention chirurgicale comme la greffe capillaire, des études ont montré que la chirurgie plastique peut offrir un certain nombre d’effets psychologiques positifs au patient.

avantages chirurgie esthétique

En mars 2013, des scientifiques européens ont réalisé une étude où ils ont discuté les éventuels effets secondaires après la chirurgie plastique. Dans cette étude, une comparaison a été faite entre deux groupes, dans le premier groupe il y avait 544 personnes ayant subi une chirurgie plastique et dans le second groupe 264 personnes qui n’ont jamais subi de chirurgie plastique.

Dans le cadre de cette étude, ces personnes ont été étroitement suivies pendant une période d’un an après la réalisation d’une opération de chirurgie plastique et elles ont constaté que ceux qui subissaient une chirurgie plastique pour corriger un problème physique qui les dérangeait, comme une bosse sur le nez, des poches sous les yeux, avaient une attitude beaucoup plus positive que ceux qui n’ont pas pratiqué de chirurgie. Le résultat de cette étude a révélé que ceux qui ont subi une chirurgie plastique ont éprouvé des effets psychologiques positifs dans tous les domaines, notamment un sentiment de meilleure qualité de vie, de satisfaction personnelle, de bien-être, de confiance en soi, d’estime de soi et de bien-être.

effets positifs chirurgie plastique

Avec cette étude, il a été conclu que les personnes qui n’étaient pas satisfaites d’un aspect particulier de leur apparence et qui envisageaient d’avoir une chirurgie plastique pour améliorer ce problème avaient des avantages psychologiques plus importants que celles qui n’avaient pas opté pour la chirurgie plastique.