Tel

0033 (0)1 84 800 400

E-mail

devis@visagestunisie.com

Différents âges et étapes de vieillissement de la peau

La peau est un organe vivant et subit plusieurs changements tout au long de la vie d’une personne. De la peau délicate d’un nouveau-né, en passant par l’adolescence où elle est parfois sujette à l’acné, aux rides de la dernière étape de la vie. Chaque étape a ses propres besoins et les traitements de soins de la peau doivent être adaptés à ces besoins changeants. Le choix de produits appropriés pour nettoyer, protéger, nourrir et réparer votre peau à chacune de ces étapes permet de la maintenir en bonne santé et de garantir à votre peau une apparence naturelle optimale, à tout âge.

Peau des bébés

peau bébé

La peau des bébés ou nouveaux nés est de 20% à 30% plus fine que celle des adultes. Elle a le même nombre de couches, mais chacune est considérablement plus fine, ce qui rend la peau particulièrement sensible et délicate.

La couche externe de l’épiderme est particulièrement fine et les cellules sont moins étroitement liées que la peau d’un adulte. Les glandes sudoripares et sébacées sont également moins actives et le film hydrolipidique (une émulsion d’eau et de graisse qui recouvre et protège la surface de la peau) et le manteau acide protecteur (la partie aqueuse du film hydrolipidique, qui est légèrement acide) sont encore relativement faibles. Cela signifie que la fonction barrière est perturbée et que la peau du bébé est :

  • Moins résistante,
  • Particulièrement sensible aux agents chimiques, physiques et microbiens,
  • Sujette à la déshydratation,
  • Plus sensible aux rayons UV.

La sensibilité aux UV est encore renforcée par le fait que les bébés ont également une faible pigmentation. Les mélanocytes (les cellules responsables de la production de mélanine) sont présents mais moins actifs et les enfants doivent donc être tenus à l’écart du soleil.

Les bébés ont également plus de mal à réguler leur température corporelle que les adultes. Ceci parce que :

  • La superficie de leur corps est relativement grande,
  • Leurs glandes sudoripares sont moins actives,
  • Leur circulation cutanée est encore suffisamment lente pour s’adapter.
  • Le système circulatoire de leur peau n’est pas complètement formé et il est lent à s’adapter aux changements de température avec constriction ou dilatation vasculaire.

Il est important que les adultes en soient conscients et qu’ils surveillent à leur place la température de l’environnement.

Peau des enfants

À l’âge de 4 ans, la peau mûrit légèrement mais reste très sensible. En fait, la peau et ses phanères (comme les cheveux, les ongles et les glandes) sont un peu plus matures. Cependant, la peau des enfants est encore plus fine et moins pigmentée que la peau des adultes. Ces mécanismes d’autoprotection étant moins développés, la peau jeune est particulièrement sensible aux rayons UV.

À 12 ans, la structure et la fonction de la peau d’un enfant correspondent à celles d’un adulte.

Etape d’adolescence

peau adolescence

Les changements hormonaux de la puberté peuvent avoir des effets marqués sur la peau, en particulier sur le visage, les épaules, la poitrine et le dos. Une production accrue de sébum et une perte irrégulière de cornéocytes peuvent rendre la peau grasse et sujette à l’acné. Ce problème disparaît généralement à mesure que nous vieillissons, bien que pour certaines personnes, en particulier les femmes, l’acné puisse persister jusqu’à l’âge mûr et au-delà.

Les changements hormonaux peuvent provoquer des irrégularités cutanées qui peuvent disparaître avec l’âge.

À la fin des années 20

Les facteurs génétiques, le mode de vie et l’environnement déterminent le moment où l’épiderme et le derme commencent à s’amincir mais, à partir d’environ 25 ans, les premiers signes de vieillissement peuvent apparaître, généralement sous forme de ridules.

Au fur et à mesure que la peau s’amincit, sa fonction barrière et sa protection naturelle contre les UV sont progressivement réduites.

La masse et la flexibilité du collagène commencent également à diminuer d’environ 1% par an.

Vers l’âge de 25 ans, les premiers signes de l’âge commencent à devenir visibles.

Pendant les années 30

  • La fonction barrière de la peau est de plus en plus affaiblie.
  • Les processus métaboliques des cellules commencent à ralentir.
  • La perte d’humidité de la peau augmente.
  • L’élasticité de la peau est réduite.
  • L’hydratation et l’élasticité sont réduites et les rides commencent à se former.

De 40 à 50 ans

peau adulte

Au cours des décennies suivantes, la structure de la peau change progressivement.
Épiderme : La disposition ordonnée des différentes couches de l’épiderme est perdue. Moins de cellules sont formées, les cellules existantes rétrécissent et les couches supérieures deviennent plus minces. Cela peut provoquer :

  • Une augmentation de la rugosité et de la sécheresse.
  • Zones d’hyperpigmentation (appelées taches de vieillesse).
  • Dommages au système de cicatrisation des plaies et risque accru d’infections cutanées.

Derme : Les tissus conjonctifs de la couche médiane de la peau perdent leur structure fibreuse et leur capacité à lier l’eau, les fibres élastiques dégénèrent entraînant une perte de force et d’élasticité et l’apparition de ridules et de rides, qui deviennent ensuite des rides profondes.

Il y a aussi un ralentissement progressif du développement des vaisseaux sanguins dans le derme. Le derme fournit des nutriments à l’épiderme et ainsi, s’il n’est pas nourri de l’extérieur, les couches et les connexions entre elles deviennent plus fines et plus plates, entraînant une perte d’élasticité et fermeté de la peau, typique des femmes ménopausées. Une circulation sanguine réduite entraîne également une perte de luminosité. La peau peut sembler plus terne et parfois il peut y avoir des capillaires cassés. La rugosité, la sécheresse, l’hyperpigmentation et le risque d’infections cutanées peuvent augmenter. Une réduction du développement des vaisseaux sanguins peut rendre la peau moins brillante.

Hypoderme : La couche inférieure du tissu adipeux se rétrécit progressivement, entraînant une perte de volume et une perte de densité. De plus, l’énergie de la peau est réduite et elle devient moins résistante à la pression.

Dans les années 60 et 70

  • La capacité naturelle de la peau à produire des lipides diminue, tout comme la production d’acide hyaluronique, provoquant sécheresse, déshydratation et plus de rides et ridules.
  • La régénération cutanée ralentit, elle s’amincit de plus en plus entraînant une perte de volume et une perte d’élasticité. Le processus de cicatrisation des plaies est également altéré.
  • La sensibilité aux rayons UV augmente et la peau est sujette à une hyperpigmentation (exemple : taches de vieillesse).

À partir de la fin des années 70, la fonction immunitaire de la peau est réduite, la rendant plus sujette aux infections.

Articles recommandés